Bangolo : Les enseignants suspendent les cours pour trois jours suite à l'assassinat d'un des leurs

Tuesday, 10 April 2018 09:17 Written by  Published in Politique Read 511 times
a6f9f51487b1c6193c2427cce90e3181_L a6f9f51487b1c6193c2427cce90e3181_L a6f9f51487b1c6193c2427cce90e3181_L

La coordination des enseignants du département de Bangolo a, par une lettre adressée au préfet du département Chérif Ibrahim, annoncé la suspension sine die des cours sur toute l'étendue du département pour protester contre l’insécurité qui sévit dans ledit département.

« Nous n’irons plus dans une salle de classe tant que notre sécurité n’est pas garantie. Nous voudrons marquer un arrêt de travail de trois jours pour protester contre la mort de notre camarade Coulibaly Yacouba tué froidement par des bandits et aussi marquer notre indignation face à l'insécurité dont les enseignants sont victimes », a indiqué, Baba Mama Gilbert, leur porte parole, rappelant que les enseignants reprendront les cours à  condition que les forces de l'ordre  chassées par les populations sous les ordres des chefs traditionnels soient redéployées.

Le préfet a dit comprendre les préoccupations des enseignants mais les a exhorté à reprendre les cours, car c'est toute la population qui est concernée par cette situation d'insécurité. Il a ensuite annoncé que les forces de l'ordre seront redéployées bientôt pour protéger les biens et des personnes.

Il faut rappeler que suite à l'attaque d'un poste de contrôle des militaires à Beoué le 12 mars dernier, des militaires des FACI ont poursuivi leurs agresseurs qui se seraient retranché dans un camp de masque. Les jeunes en colère ont brûlé tous les postes de contrôle des Faci et exigé leur départ. Le chef de canton Goué Patrice a par la suite éconduit une délégation des Faci conduite par le colonel Losseni Fofana venue s'imprégner de la situation. Il a exigé des sacrifices de purification du camp de masque avant d'échanger avec les militaires. 

Avant même cette cérémonie de purification, un directeur d'école a été tué et des attaques à mains armées sont signalées au quotidien. L'assassin de ce directeur d'école sera tué une semaine plus tard, lors d'une attaque contre les Faci à Kouibly. Son acolyte fait prisonnier indiquera qu'il est un porteur de masque et responsable de nombreuses attaques contre les positions des Faci à Bangolo.

 

Saint-Tra Bi

Michel Desire

President of Morning of Africa.
Mail: michel@moacinter.com