Côte d’Ivoire/Ghana: Comment Ouattara a perdu la bataille du pétrole et s’est brouillé avec son “allié” Akuffo sur les pro-Gbagbo

Tuesday, 06 February 2018 09:50 Written by  Published in Politique Read 998 times
239eefbf-20c7-4475-9607-c957c4181b41-1024x683 239eefbf-20c7-4475-9607-c957c4181b41-1024x683 239eefbf-20c7-4475-9607-c957c4181b41-1024x683

C’est une contribution publiée en janvier 2018 sur la Côte-d’Ivoire et le Ghana, par l’Institut français des relations internationales (Ifri) qui éclaire l’affaire avec des révélations croustillantes. L’auteur Benjamin Augé, chercheur associé est docteur en géographie de l ’Institut français de géopolitique (université Paris 8), il est par ailleurs le rédacteur en chef de la lettre d’information Africa Energy Intelligence (groupe Indigo Publications). Il enseigne la géopolitique du pétrole et du gaz en Afrique.

 

Dans son étude que vous propose connectionivoirienne.net, il analyse les tensions qui ont prévalu ces dix dernières années entre les deux voisins Côte d’Ivoire et Ghana sous les angles politique, diplomatique et économique. La Côte d’Ivoire et le Ghana qui se ressemblent par la géographie et l’économie selon l’auteur, ne sont pas au bord de la rupture de leurs relations mais fait-il savoir, celles-ci entre les deux géants du cacao sont viciées depuis qu’un différend maritime a éclaté. Pis, la trop forte présence des barons du régime de Laurent Gbagbo a davantage amplifié cette mésentente. Après l’élection de Nanan Akuffo-Addo en 2016, le numéro 1 ivoirien aura tout mis en œuvre pour convaincre son homologue ghanéen de lui livrer ses opposants se trouvant sur son sol. Il ira même plus loin en essayant de faire pression sur les autorités ghanéennes en agitant le chiffon rouge du pétrole. Elle visait une sorte de transaction ‘’pétrole contre opposants’’. Nanan Akuffo, selon Benjamin Augé ne s’est guère laissé impressionner par une telle offre préférant jouer sur le tableau du droit que du chantage éhonté.

La bataille pour le contrôle du pétrole à la frontière des deux pays qui s’engage au plan juridique par la suite va se révéler couteuse pour notre pays là où un compromis aurait pu être profitable aux deux états. In fine, la Côte d’Ivoire, surfant sur la politique a perdu le procès au profit du Ghana qui a engagé des experts expérimentés dans les questions de différends frontaliers.

Un dossier qui met en exergue la posture du pouvoir ivoirien vis-à-vis de ses opposants : La traque permanente qui ne laisse aucune place au dialogue en vue de la réconciliation nationale.

Extraits
‘’Le dossier des proches du pouvoir Gbagbo établis à Accra après 2011 a ainsi été traité par le conseiller diplomatique du président Alassane Ouattara jusqu’en 2015, Mamadi Diané. Le duo Kamara-Diané a notamment permis l’extradition de Charles Blé Goudé, ainsi que celle d’autres personnalités de rang moins élevé dans la hiérarchie de l’ancien pouvoir. À cette époque, les principaux acteurs de ces extraditions ont pu trouver les moyens de profiter de ce système, avec l’accord de leurs patrons respectifs. Aujourd’hui, le processus de retour des «ex-gbagbistes» est à l’arrêt car les présidents et leurs conseillers ont changé et la volonté politique de poursuivre ces retours forcés vers Abidjan a largement disparu.’’

‘’ Selon des sources proches du dossier, la liste transmise aux autorités ghanéennes par Adama Toungara comprenait notamment le nom des anciens ministres des Mines et de l’Énergie, Emmanuel Monnet Léon, de l’Intérieur, Émile Guirieoulou, du Budget Justin Katinan Koné, l’ex-président des jeunes du parti de Gbagbo, Damana Pickass, un ex-conseiller de Laurent Gbagbo, Koré Moïse, ainsi que l’ex-directeur général des douanes, Alphonse Mangly. Face à la réponse du président Akufo-Addo, le président ivoirien n’a pas insisté malgré les preuves que ses services détiennent concernant la présence de ces personnalités sur le territoire ghanéen.

SD à Abidjan
Étude à lire sur le lien : https://www.ifri.org/sites/default/files/atoms/files/auge_tensions_ghana_cote_ivoire_2018.pdf

Michel Desire

President of Morning of Africa.
Mail: michel@moacinter.com