Soupçons de financement libyen: un proche de Nicolas Sarkozy arrêté à Londres

Tuesday, 09 January 2018 12:51 Written by  Published in Politique Read 282 times
7 7 7

L’homme d’affaires français Alexandre Djouhri a été interpellé dimanche à Londres et placé en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur un possible financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, a appris ce lundi 8 janvier l’Agence France-Presse (AFP) de sources judiciaire et proche du dossier. Arrêté par les policiers britanniques à l’aéroport de Londres Heathrow, ce proche de l’ancien président français était visé par un mandat d’arrêt européen délivré par les juges d’instruction du pôle financier de Paris, ont indiqué les deux sources à l’AFP, confirmant une information du site internet de L’Obs. Cet intermédiaire financier, familier des réseaux de la droite française et proche de Nicolas Sarkozy, est au coeur de l’enquête ouverte à Paris en 2013, mais ne répondait pas aux convocations des enquêteurs. Les juges tentent de vérifier les accusations lancées en 2011par l’ancien président libyen Mouammar Kadhafi et son fils Saïf al-Islam, selon lesquelles Nicolas Sarkozy avait bénéficié de leurs fonds pour sa campagne de 2007. Alexandre Djouhri, ou « Monsieur Alexandre » comme il aime se faire appeler, est un personnage singulier : un redoutable séducteur au bagou sans pareil. D’origine modeste, il a su ouvrir toutes les portes de la banlieue parisienne jusqu’aux palais de la République. Au début des années 2000, Alexandre Djouhri se lie ainsi d’amitié avec Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy. De 2007 à 2012, au sommet de sa gloire, il devient l’interlocuteur incontournable du pouvoir, tout en faisant fortune comme intermédiaire. Il est de tous les gros contrats signés par les industriels français au Moyen-Orient, en Russie et en Afrique du Nord. Mais l’alternance politique en 2012 va faire pâlir son étoile. Alexandre Djouhri va aussi se retrouver dans le collimateur de la justice. Le parquet financier le soupçonne de détournements de fonds à la faveur de la vente d’une villa sur la Côte d’Azur à Bachir Saleh, l’ancien grand argentier du régime de Khadafi dont le nom apparait dans les accusations de financement occulte de la campagne présidentielle de 2007. S’il a jusqu’à présent toujours ignoré les convocations de la justice, cette fois « Monsieur Alexandre » ne pourra y échapper. La fin d’une certaine impunité.

Source Rfi

Michel Desire

President of Morning of Africa.
Mail: michel@moacinter.com