Le discours censuré d’Emmanuel Macron à Ouagadougou

Tuesday, 05 December 2017 08:17 Written by  Jean Ducluzeau Published in Politique Read 532 times
2 2 2

 

Nous reproduisons ici en exclusivité la partie du message d’Emmanuel Macron aux peuples africains qui n’a pas été publiée par les médias, grâce à l’enregistrement que nous a transmis une étudiante burkinabée présente lors des questions au président français. Selon une source indépendante ce discours aurait en effet pu porter atteinte à la fierté des Africains comme à l’honneur des Helvètes, raison pour laquelle il a sans doute été jugé préférable de ne pas le diffuser.

 

« […] Prenez par exemple le cas de la Suisse, l’un des pays les plus riches du monde alors qu’il n’avait rien à vendre sinon de l’excellence : la Suisse a fait fortune en vendant du chocolat alors qu’elle ne dispose d’aucune plantation de cacao. Elle a fait fortune en vendant du temps par la fabrication rigoureuse de montres et de pendules à coucou ; en vendant de la neige par la construction de stations de ski ; en vendant des paysages de montagnes au tourisme ; en vendant de la sécurité bancaire en garantissant le secret bancaire pour mes fonds en comptes Offshore aux Bahamas; en vendant enfin au Vatican de redoutables gardes suisses à hallebarde et culotte bouffante.

 

« Contrairement aux idées reçues, émanant principalement de l’extrême gauche, les colonies ont appauvri les pays colonisateurs. La Suisse n’a jamais eu de colonie, ce qui explique en partie sa richesse. Alors vous, pays africains qui disposez non seulement de paysages et d’exotisme mais aussi de richesses fabuleuses dans votre sous-sol, dans vos forêts, dans vos possibilités agricoles, dans votre main d’œuvre à profusion, qu’attendez-vous pour vous développer, vous qui êtes potentiellement bien plus riches que la Suisse ? Qu’attendez-vous pour vous prendre en charge ?

 

« Ah vous vous plaignez d’être dépendants de langues étrangères, à savoir ici le français, qui vous rend tributaires de la France et vous place dans un rapport de dépendance et de néocolonialisme… Mais la Suisse, qui ne dispose pas de langue vernaculaire sinon le romanche que personne ne parle et personne ne comprend, ne s’est-elle pas développée en toute indépendance avec trois langues étrangères, l’allemand, le français et l’italien ? Le français est une langue internationale, profitez-en au contraire !

 

« Je vais aussi vous parler de la fuite des cerveaux : c’est là encore une idée reçue, fausse, une idée répandue par l’extrême gauche bien sûr, car vous exportez des cerveaux vides, des cerveaux que nous remplissons de savoir, par un enseignement que nous finançons. Ces cerveaux pleins vous appartiennent-ils ? Eh bien non. Prenons un exemple : supposons que vous fabriquez des porte-monnaies que vous exportez chez nous ; nous les remplissons de pièces d’or ; ces pièces d’or vous appartiennent-elles ? Du reste, ces cerveaux que nous remplissons ne sont-ils pas libres de retourner chez eux, c’est-à-dire chez vous ? N’est-ce pas à vous de leur offrir ce qu’ils méritent, ce qu’ils sont en droit d’attendre ? Qu’attendez-vous ?

 

« Comprenez-moi bien : tout droit ne peut exister sans s’accompagner d’un devoir. Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes doit obligatoirement s’équilibrer du devoir de ces peuples à se prendre en charge eux-mêmes : l’indépendance est à ce prix. Est-il normal, par exemple, que des militaires français viennent assurer la sécurité de pays indépendants ? Ces accords de protection sont du domaine du passé. Vous devez vous prendre en charge !

 

« Il n’est pas sain et il n’est pas juste que la France vous équipe de centrales, de tramways, de TGV, etc., qu’elle finance au moyen de prêts qu’elle vous accorde, pour être amenée quelques années plus tard à annuler votre dette face à votre incapacité à la rembourser. Cela revient à faire payer vos infrastructures par le citoyen français, écrasé d’impôts de ce fait. Ce citoyen français n’en peut plus. La France n’en peut plus. C’est le message que je suis venu vous délivrer : il est grand temps de vous prendre en charge ! Ne souhaitez-vous pas des rapports d’égal à égal, en toute liberté ? »

 

(fin de la retranscription des passages censurés)

 

Jean Ducluzeau