CÔTE D'IVOIRE: A PROPOS DE L'APPEL DU RASSEMBLEMENT DES ENSEIGNANTS REPUBLICAINS (RER).

Tuesday, 10 January 2017 14:05 Written by  Léandre Sahiri Published in Politique Read 1053 times
7 7 7

L'intersyndicale des fonctionnaires de Côte d'Ivoire (IF-CI) a débuté ce lundi UNE GREVE et ce jusqu'au vendredi prochain. Il faut préciser ou rappeler que les fonctionnaires et agents de l'État de Côte d'Ivoire réclament principalement, depuis novembre dernier, le retrait de l'ordonnance 2012 portant réforme de la retraite. Ils revendiquent également le paiement d'importants arriérés et la revalorisation de leurs salaires. Ceci est légal et légitime.

Ces revendications sont syndicales ou professionnelles, du moins entrent bien dans le cadre de "la défense collective et individuelle des intérêts des salariés", ici, les fonctionnaires, bien entendu a contrario de ce que déclare Monsieur Abdoulaye Kouyaté, le Président du RER.

En Effet, Monsieur Abdoulaye Kouyaté, Président du Rassemblement des enseignants républicains (RER), qui appelle ses adhérents "à se désolidariser de ce mouvement de grève des fonctionnaires" et qui argue que c'est ‘’un mouvement à caractère purement politique visant à la déstabilisation de la Côte d'Ivoire’’, a tout faux. Il est complètement hors-sujet. Monsieur Abdoulaye Kouyaté nous amène à considérer désormais que :

1) Le Rassemblement des enseignants républicains (RER) n'est pas un syndicat, mais il est purement et simplement une section ou sous-section du RDR ;

2) Monsieur Abdoulaye Kouyaté se comporte, d'abord et avant tout, non comme un syndicaliste, mais plutôt comme un simple militant ou porte-parole du RDR, qui ignore ou feint d'ignorer le rôle et la fonction sociale d'un syndicat.

3) S'il est vrai que le Rassemblement des enseignants républicains (RER) est un syndicat, il ne doit pas, même s'il est proche du pouvoir, se ‘’désolidariser’’ de la grève des fonctionnaires, conduite par l'Intersyndicale des fonctionnaires de Côte d'Ivoire (IF-CI) prévue ce lundi. 4) Si les revendications des fonctionnaires sont faites dans la légalité (dépôt de préavis, échanges préalables avec les autorités…) et sans débordement, les autres organisations syndicales et professionnelles, y compris les partis politiques, devraient se "solidariser" et déposer, dans les meilleurs délais possibles, leurs préavis de grève.

5) Vu que les contribuables ivoiriens sont, du fait de cette grève, pénalisés et prives de leurs droits, ils devraient protester. Et les parents devraient retenir leurs enfants à la maison.

L'attitude et l'appel de Monsieur Abdoulaye Kouyaté, Président du Rassemblement des enseignants républicains (RER) nous donne ici l'opportunité de préciser ou de rappeler, a lui et à tous ceux qui l'ignoreraient, ce qu'est un SYNDICAT :

Géré sous forme d'une association autonome, un syndicat représente et regroupe des personnes morales ou physiques. Il défend les droits et les intérêts communs économiques et professionnels, tant collectifs qu'individuels, du groupement de personnes concernées (salariés, chômeurs, retraités...). Le syndicat permet aussi de conserver un dialogue social entre les employeurs et les employés (d'où le dépôt de préavis, entre autres) et de faire valoir des revendications ou actions de protestations, lesquelles portent, principalement sur les conditions de travail, sur les rémunérations ou les salaires, les protections sociales, la retraite, les droits et libertés, etc. Par le biais de ses délégués ou dirigeants, le syndicat assure un rôle de communication important au sein de l’entreprise et dans le pays, non pas en se faisant les défenseurs du régime au pouvoir, mais en transmettant aux salariés les informations adéquates sur leurs droits et acquis, ainsi qu’en indiquant les voies et moyens appropriés pour accéder à l’amélioration des conditions de vie et de travail des travailleurs. En cas de conflit avec l’employeur, les syndicats défendent, a priori et en priorité, les intérêts des salariés auprès des directions ou pouvoirs, en engageant toutes sortes d’actions de protestation (grèves, manifestations, pétitions...), en accompagnant les salariés à des entretiens pour défendre leurs intérêts auprès des instances hiérarchiques en cas de conflits individuels, pour les soutenir en cas de litiges débouchant sur une procédure judiciaire.

Les syndicats sont aussi des acteurs du dialogue social entre l’État, les employeurs et les salariés. En effet, les syndicats reconnus comme représentatifs dans leur secteur d’activité peuvent signer avec l’État ou le patronat des conventions collectives qui règlent et qui visent à améliorer les conditions de travail pour l’ensemble des salariés...

Ceci n'est qu'un simple avis. Sans rancœur, ni rancune, exprimons-nous en toute courtoisie et sur le fond.

 

Léandre Sahiri, Professeur, Docteur ès Lettres, Écrivain et militant pour les Libertés et Droits de l'Homme.

 

Merci de partager cette info et de commenter.