Côte d'Ivoire/ Poème inédit: La route de Cana passe par le Ghana

Monday, 09 January 2017 08:07 Written by  Lavane Murphy Published in Politique Read 778 times
1 1 1

On peut quitter son trône et prendre un hélico

Pour fuir, ou préférer plutôt la grande porte

Synonyme d'honneur avec des gens d'escorte

Prêts à vous obéir sans vous tourner le dos.

 

L'avenir s'ouvre alors comme un grand boulevard,

Bien sûr sans les motards, mais avec la conscience

Du devoir accompli. Partir est une science

Qui n'est qu'à ses débuts: c'est une science à part.

 

On devrait l'enseigner à l'université;

Pourquoi ne pas créer un module spécial

Pour tous les étudiants en phase terminale?

On rendrait le pouvoir plus facile à quitter.

 

Chacun y gagnerait: le bon peuple en premier

On pourrait préserver de tout tripatouillage

La loi fondamentale établie par les sages;

C'est l'autre avantage et il n'est pas le dernier.

 

On évite le sort malheureux des perdants,

Qu'ils soient des opposants, ou des gens qui gouvernent;

Il n'y aurait plus nulle part des drapeaux en berne

Flottant sur les cercueils de pauvres innocents.

 

Nul n'aura plus besoin de partir en exil,

De fuir la répression parfois imaginaire,

Mais aussi bien hélas, quelques fois sanguinaire

Qui s'abat sur les gens en brousse et dans les villes.

 

À regarder de près les exploits du Ghana,

On ne peut plus douter; il a mis en déroute Tout afro-pessimisme et retrouve sa route

Comme ont fait les Hébreux en chemin vers Cana.

 

Joseph Kokou Koffigoh

Poème inédit

Lomé le 7 janvier 2017