Communication et Marketing : Point d’étape

Wednesday, 03 February 2016 17:41 Written by  Published in Politique Read 402 times
------- PAR: Dr CLAUDE KOUDOU -------
Le procès du Président Laurent Gbagbo et du Ministre Charles Blé Goudé s’est ouvert le 28 janvier 2016. Comme nous le savons, un procès comporte deux parties. Il y a une partie qui accuse le prévenu ; ce qu’on appelle l’accusation. Et une autre partie qui défend le prévenu, la défense. Chaque partie entend naturellement avoir le dessus et à terme gagner. Nous devons également noter, qu’au-delà de cela, il y a la vie de deux hommes qui est en jeu. Mais au dessus de cette donnée non moins essentielle, il y a la vie d’autres prisonniers et d’exilés qui est pendante ...
Au total, on doit avoir à l’esprit la vie de tout un peuple que symbolisent les deux otages de la Communauté internationale que sont le Président Laurent Gbagbo et le Ministre Charles Blé Goudé, détenus à la Cour pénale internationale.
En dehors du tribunal, mais un peu comme à son image, dans nos débats face à nos adversaires politiques, et surtout sur les plateaux des médias, chaque bord entend avoir l’opinion en sa faveur. Il s’agit donc de savoir convaincre avec les éléments que nous avons, qui sont heureusement à la fois multiples et parlants et qu’il faut restituer ou rendre avec la pertinence qui convient. Le contexte et la nature du contradicteur sont donc à prendre en compte pour identifier le mode d’instillation du conducteur et des éléments de langage appropriés.
Nous avons regardé les différents débats. Nous remercions tous les intervenants pour leurs contributions. Après cette première phase des débats, qui a commencé le 28 janvier 2016 pour pratiquement prendre fin hier, 2 février 2016, une autre va s’ouvrir. Il convient alors pour le bord de Laurent Gbagbo d’appréhender ce qui doit être amélioré. Car dans le fait de dire un narratif aux téléspectateurs, aux auditeurs, aux observateurs, aux commentateurs et aux commanditaires, c’est l’aspect pédagogique qui doit primer.
C’est pourquoi il nous faut homogénéiser notre approche ; c’est pourquoi la délégation mandatée par le Front populaire ivoirien a adopté un argumentaire qui est cadré dans un conducteur. Nous avons attiré l’attention sur l’importance de se coller à ce qui est pour nous une feuille de route. Si le RDR envoie Touré Mamadou sur les différents plateaux, c’est parce qu’il est conscient de l’opportunité de tenir un discours homogène même si la forme manque de civilité et le fond reste décousu. Par ailleurs, nous avons insisté sur l’opportunité de ramener les médias vers un coordonnateur censé puiser dans le fichier de nos ressources humaines pour proposer des intervenants suivant la configuration qui nous est annoncée.
En contournant le Responsable de la communication, pour vous atteindre individuellement ou de façon presque détournée, nous ne savons pas l’objectif que veulent atteindre les animateurs des médias. Il nous appartient donc d’être vigilants pour avoir le réflexe de demander aux médias qui vous contactent, de s’en remettre au coordonnateur ou au Responsable de la Communication et du Marketing politique ; ou tout le moins de se concerter utilement.
Etant donné que toute organisation doit avoir une stratégie et de la cohérence dans ses différentes démarches, nous demandons à tous ceux qui ont choisi de défendre le bord du Président Laurent Gbagbo ou tout au moins qui partagent les aspirations du Front populaire ivoirien, de se mettre en harmonie avec le conducteur que nous avons convenu de porter. Le but étant que les efforts que chacun déploie, nous serve plus utilement après cette première phase des débats. Il convenait donc de faire ce petit point pour améliorer notre présentation des choses. Vu que nous savons tous que les chaînes de radio et de télévision … de grande écoute nous étaient inaccessibles. Merci encore à chacun et à tous !
 
Last modified on Wednesday, 03 February 2016 17:47